Le contenu de ce blog est le reflet de mon cheminement dans la pratique de la pédagogie Montessori et n'engage que moi.
Il ne saurait se substituer à une formation de qualité.
Toutes les photos et les textes sont ma propriété. Nul n'est autorisé à les utiliser sans mon autorisation expresse.

lundi 22 décembre 2008

Dictées muettes 1 et 2




Aujourd’hui, j’avais un méchant rhume bien carabiné. Je suis donc allée me reposer et j’ai laissé Clémence vaquer à ses occupations. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai découvert qu’elle était montée dans la classe et qu’elle avait fait ensemble la 1ère et la 2ème dictée muette (à l’exception de parasol et de lavabo, mais il n’y avait plus assez de “a” pour continuer...)

dimanche 21 décembre 2008

Mon beau sapin




Voilà plusieurs jours que Clémence trépigne d’impatience à l’idée de faire le sapin. 
Au cas où je n’aurais pas bien compris combien cela était important pour elle, elle a pris soin d’écrire “sapin” ce matin!
Ce soir, nous avons enfin décoré le fameux sapin. Clémence était ravie. Elle adore mettre les boules. Et Pauline a participé elle-aussi.

Le déclic




Comme je le disais dans le dernier billet, Clémence décompose maintenant très bien les mots. Elle le fait tout le temps devant moi. Cependant, dans la classe mercredi et jeudi, pas moyen de lui faire prendre sa dictée muette alors que mardi, en s’habillant pour aller chez Kikabeille, elle m’a décomposé tous les mots de la 1ère dictée sans la moindre difficulté.

jeudi 18 décembre 2008

Avec Kikabeille dans la classe




Voilà plus d’une semaine que Clémence n’était pas montée en classe avec moi. J’ai repris les travaux de rénovation dans le salon et Clémence s’est donc occupée seule ou avec sa soeur pendant que je travaillais. Cette petite pause était assez bienvenue car à nouveau Clémence devenait pénible...

Pendant ces quelques jours de relâche, les choses n’en ont pas moins continué à avancer toutes seules et désormais Clémence décompose les mots avec une facilité déconcertante.

vendredi 12 décembre 2008

Coup de gel




Cette nuit, il a gelé fort dans une atmosphère un peu humide. A 9h, le thermomètre affichait encore -5° et tout était blanchi par une épaisse couche de givre.
Nous avons enfilé nos manteaux et sommes allées voir la glace qui s’était formée sur la piscine (un bon centimètre!) et avons fait le tour du jardin transformé par le gel...

mardi 9 décembre 2008

Le riz qu'on mange



Après avoir écrit “canari” (un de ses mots fétiches de la 2ème dictée muette), Clémence s’amusait à relire méthodiquement chaque syllabe du mot, insistant particulièrement sur “ri”.
Elle a fini par déclarer: “je voudrais écrire le “riz qu’on mange”...”
“Vas-y!”, lui dis-je, tout absorbée que j’étais dans la construction d’un prochain matériel. Je pensais qu’elle allait juste écrire “ri” pour “riz”. En général, Clémence est plutôt une adepte du moindre effort...
Mais aujourd’hui, elle s’est comportée en Montessorienne telle qu’on me l’a décrit en stage: qui écrit des phrases entières d’un seul tenant sur le tapis!


La suite de la journée allait me réserver une autre surprise.
En rangeant les images des 2 premières dictées muettes, Clémence tombe sur les billets de la 2ème dictée et se met à les déchiffrer juste sous mon nez!
Evidemment, ce sont des mots qu’elle connaît, ça l’aide à trouver le mot entier après l’avoir déchiffré lettre à lettre ou syllabe par syllabe. Mais il y a un net progrès depuis la dernière fois!
Ce qui m’étonne, c’est de voir comme la description que l’on m’a faite de l’enfant montessorien qui déchiffre ses premiers mots se retrouve précisément chez Clémence: même geste des doigts sur le billets, même technique de déchiffrage...
Bref, heureusement, j’ai pu attraper l’appareil photo au vol, et après m’être trompée 3 fois dans le réglage (l’émotion, sans doute!) j’ai réussi à filmer la fin de sa lecture.

video

lundi 8 décembre 2008

Fascination magnétique



Hier soir, j’ai préparé une nouvelle Activité Culturelle. Dans un plateau, j’ai mis 2 corbeilles, un gros aimant et tout un tas de petits objets (boutons, bouchon en plastique, patin de feutre, noix, gros haricot, cheville en plastique, élastique, chouchou, petite boule de patafix, boulon, vis, agrafes, trombone, anneau de rideau, pièces de monnaie en matériaux différents, rondelle, écrou, perle en bois, barrette, coton tige...)

samedi 6 décembre 2008

Pair et Impair




La progression en mathématiques se poursuit tranquillement. Clémence maîtrise parfaitement sa boite des fuseaux. La principale difficulté de l’exercice aura été, finalement, d’apprendre à passer les élastiques autour des fuseaux. Après avoir beaucoup râlé et clamé que c’était trop difficile et qu’elle ne le ferait que lorsqu’elle aurait 4 ans, elle a fini par y arriver et y trouve même beaucoup de plaisir...

Le week-end dernier, j’ai sorti mes petites billes décoratives d’aquarium (des billes aplaties d’un côté) pour montrer l’activité “pair et impair” au fils d’une amie. Depuis, Clémence bavait devant cette petite corbeille de billes. Comme les fuseaux sont maintenant bien acquis, j’ai pu présenter l’activité aujourd’hui.

vendredi 5 décembre 2008

Un sacré mieux




Ce matin, Clémence a joué à l’école avec son doudou. Depuis mon bureau, je l’entendais proposer des activités à sa peluche pour qu’elle se mette au travail et lui rappeler les règles à respecter concernant l’activité des autres enfants...

Après le repas, elle a filé dans la classe pendant que je mettais Pauline à la sieste. Elle en a profité pour feuilleter des livres dans le nouveau coin détente. Après discussion et d’un commun accord, j’ai enlevé le grand matelas qui s’étendait sous le radiateur et je l’ai remplacé par un simple fauteuil.
La classe y gagne vraiment en espace et Clémence est beaucoup moins tentée de se vautrer.

jeudi 4 décembre 2008

Petite abeille au travail



Non, la petite abeille travailleuse, ce n’était pas spécialement Clémence, aujourd’hui!
Depuis quelques temps (j’en avais déjà parlé dans ce billet), nous voyons régulièrement Kikabeilleet sa maman.
La première fois que nous nous sommes rencontrées, nous sommes montées dans la classe et l’attention de Kikabeille a été happée par les nombreuses activités visibles sur les étagères. Cette petite fille vive et curieuse voulait tout voir, tout essayer.
J’avais bien pris soin en entrant dans la classe de lui expliquer qu’il fallait que je lui présente les activités avant qu’elle puisse y toucher, mais son attention était déjà captée par tout ce que ses yeux pouvaient voir. Elle était très contrariée de devoir attendre que termine la présentation pour pouvoir manipuler et le désir de découvrir tout ce qu’il y a sur les étagère l’empêchait de profiter des activités présentées...

mercredi 3 décembre 2008

Mise au travail




Depuis quelques temps, nous traversons une période assez désagréable. Quand elle n’est pas dans la classe, Clémence passe son temps à écrire, à décomposer ou joue avec sa soeur. Bref, elle s’active.

Mais à partir du moment où elle entre dans la classe, elle se met à dessiner sur le tableau et éventuellement écrire quelques lettres ou mots, puis elle se vautre sur le matelas. Au mieux, elle prend un livre, au pire elle se tortille sans but, traînasse et renâcle à se mettre au travail.

Quand je lui propose de commencer les activités, j’entends des “je suis fatiguée”, “j’ai pas envie” geignards prononcés par une créature rampante et échevelée d’avoir roulé en tous sens sur le tapis...

lundi 1 décembre 2008

L'écriture explose



Ces derniers jours, Clémence écrit. Partout, tout le temps. Et quand elle n’a pas de crayon sous la main, elle décompose en syllabes et souvent en sons aussi.
Ma réserve de papier en prend un coup, mais le résultat est très intéressant.
Il y a encore parfois du gribouillage en forme de lettres, mais le plus souvent, ce sont des lettres, des chiffres, des mots qui surgissent sur la page. Dans tous les sens, de toutes les couleurs et finissant par se recouvrir les uns les autres. Mais le travail se fait, intense, répétitif. Les lettres deviennent plus lisibles, plus calibrées. Les mots arrivent de plus en plus nombreux. Elle commence à ne plus avoir peur de décomposer.
Hier soir, sur le tableau, elle a écrit le prénom de l’amie qui est venue nous voir samedi.