Le contenu de ce blog est le reflet de mon cheminement dans la pratique de la pédagogie Montessori et n'engage que moi.
Il ne saurait se substituer à une formation de qualité.
Toutes les photos et les textes sont ma propriété. Nul n'est autorisé à les utiliser sans mon autorisation expresse.

jeudi 2 octobre 2008

Les volumes bleus





Le temps de la concentration est-il enfin venu? Je n’ose encore y croire, mais il y a des signes encourageants.
Hier matin, Clémence a eu son 1er cours de danse. Elle a été ravie et son professeur (une femme adorable et très bonne pédagogue) m’a confirmée que c’était bien ce qu’il lui fallait. Clémence a “absorbé” (c’est son professeur qui a utilisé ce terme éminemment montessorien) ce qu’elle a vu sur la cassette vidéo et il en reste vraiment quelque chose.
L’après-midi, nous étions chez une amie qui a 3 enfants et il n’y a donc pas eu de classe.






En entrant, elle a tout de suite demandé le plateau de “nettoyer le miroir” et s’est confrontée un bon moment avec le blanc de Meudon. Elle était vraiment très appliquée et a recommencé. Ensuite, elle est allée “lire” sur le matelas, puis a entamé une longue séance de dessin au feutre sur le tableau avant de reprendre le plateau “nettoyer le miroir”. On y est! D’ailleurs, en entrant, Clémence a formulé tout haut une “vérité” montessorienne: “le miroir, même s’il est propre, je peux le prendre et le nettoyer quand même.” Eh oui, c’est exactement ça, Montessori: laver 3 fois une table déjà propre, 20 fois de suite ses mains, parce que ce qui compte, ce n’est pas le résultat, c’est FAIRE.
D’ailleurs, le pauvre miroir, il n’était pas spécialement propre malgré les tentatives pleines de bonne volonté de Clémence: dur d’extraire le blanc coincé contre le bord du miroir....






Le deuxième grand moment de cette journée, ce fut les volumes bleus.
Clémence a commencé par les sortir, les aligner, les empiler. Cela a duré un bon moment, puis elle m’a demandé s’il elle pouvait les faire rouler dans la semoule. J’ai donc préparé un plateau, mais de farine -c’est mieux que la semoule- et ce fut un grand moment. 
Bien qu’elle continuât à me parler de temps en temps, elle a vraiment été dans son activité, expérimentant les traces de volumes, leurs rapports entre eux. L’un des signes de sa concentration, c’est que sans cesse elle revenait au cylindre pour expérimenter encore et encore la manière dont il roule dans la farine. 
Nous étions en fin d’après-midi. Il était largement l’heure du goûter, mais Clémence est restée absorbée une demie-heure dans cette activité. Je l’ai même filmée par moment et j’ai monté ensemble quelques petits bouts de films. A voir après les photos.





video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire