Le contenu de ce blog est le reflet de mon cheminement dans la pratique de la pédagogie Montessori et n'engage que moi.
Il ne saurait se substituer à une formation de qualité.
Toutes les photos et les textes sont ma propriété. Nul n'est autorisé à les utiliser sans mon autorisation expresse.

mercredi 11 novembre 2009

Séance studieuse



Il y avait atelier aujourd’hui, bien que ce fût un jour férié.  Et ça n’a pas chômé!




Ensuite, elle a jeté son dévolu sur les blocs des cylindres. Après avoir travaillé séparément chacun des 3 premiers, elle les a pris ensemble et s’est livré à un travail tout personnel de comparaison. 
La manière d’utiliser les 3 blocs ensembles n’était pas “canonique” mais il répondait tout à fait aux critères de ce que M. Montessori appelle le “travail intelligent” avec le matériel qu’il ne faut surtout pas confondre avec le détournement. Pas question de la déranger dans ce moment-là: elle était en train de construire quelque chose, c’était évident au premier coup d’oeil





Sibylle a énormément travaillé aujourd’hui.
Elle touche régulièrement ses lettres rugueuses à la maison et elle a compris toute seule la synthèse des sons (le  B-A, BA). Elle essaye donc de lire, mais elle ne connaît pas encore toutes ses lettres. Elle a essayé de lire un peu dans l’un des tout premiers petits livrets de lecture, mais ça restait difficile.
Il était donc temps de passer au grand alphabet mobile!
Après une révision des lettres rugueuses et l’introduction de 3 nouvelles, j’ai donc sorti la grande boite sous ses yeux émerveillés. Elle n’aurait pas semblé plus heureuse au pied du sapin à Noël.
Elle a superposé chaque lettre mobile sur les lettres rugueuses que nous venions de voir. Le côté concret des lettres exerçait un très grand attrait pour elle.
Ensuite, je lui ai proposé de décortiquer le mot “bol” et de l’écrire et elle a immédiatement voulu écrire “assiette” dans la foulée (écrit “asiète”, pour le moment). Elle a un peu de mal avec l’analyse, mais ça va venir progressivement.




Quant à ma puce à moi, elle a eu bien du mal à se mettre au travail. Ça commençait pourtant bien: elle a réquisitionné Mamabeille pour lui lire un livret de lecture. Mais ensuite, quand Mamabeille lui a fait comprendre qu’elle n’allait pas l’écouter toute la séance, elle a tourné et viré sans trouver à s’occuper. 
Son attention a été longuement captée par le travail de Kikabeille avec les perles. Mes propositions ne rencontraient aucun succès jusqu’à ce que je lui propose les étiquettes des continents et des océans. Cela l’a occupé un bon moment, mais elle n’arrivait pas à travailler discrètement, il fallait toujours qu’elle essaye de capter l’attention de quelqu’un d’autre...
Elle a terminé en prenant son travail de mémorisation de la soustraction. Mais là encore, la pauvre a eu bien du mal: cette activité nécessite un certain soin dans l’organisation du matériel. Ce n’est déjà pas le fort de Clémence, mais là, ce fut le bouquet! Des barres rouges et bleues dans tous les sens, les barres en bois ou le crayon qui tombent...
Quant à l’état de sa feuille de travail! Un véritable torchon: soustractions collées les unes aux autres, chiffres surchargés, à l’envers. Et cela sans compter le temps énorme que cela lui a pris, les réflexions tout haut et les bruits de chaise et de table sur le parquet.
Bref, ce n’était pas le meilleur jour de Clémence aujourd’hui...

2 commentaires:

  1. Je remarque que tu as une table qui est toujours recouverte, est-ce la table dédiée aux activités qui se font avec un tapis sur une table?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La table couverte est celle des présentations

      Supprimer